Select Page

La consommation responsable est un nouveau concept et surtout une incitation inédite  à agir pour un bien-être général aussi bien humain que planétaire. En effet, la consommation engendre quotidiennement de nombreux impacts sur la vie. Ainsi, l’économie, la société et  l’environnement constituent des cibles de ces impacts. Ce qui est plus important est la santé humaine qui subit également ces effets. Dès lors, la consommation responsable apparaît comme une nécessité pour mieux préserver notre espèce humaine et l’environnement. Si le concept est pour vous inédit, alors nous vous proposons de le découvrir dans le présent article.

La consommation responsable : Qu’est-ce que c’est ?

"<yoastmark

Tout d’abord, ce concept s’inscrit dans la ligne des critères de développement durable. De ce point de vue, la consommation responsable constitue une forme de consommation plus efficiente dont les principes s’opposent à la consommation quotidienne. Contrairement à la consommation quotidienne, elle se soucie de protéger l’environnement, la santé, etc.

Ensuite, la consommation responsable vise à favoriser l’économie surtout celle locale. De manière globale, elle se définit comme une approche de consommation plus consciente et respectueuse de l’environnement. Elle  favorise ainsi le bien-être sanitaire, l’économie locale et la protection environnementale.

Consommation responsable et consommation durable : Quelle est la différence ?

La consommation durable s’emploie parfois pour désigner la consommation responsable. Toutefois, cette dernière a un champ d’action plus large. En outre, la consommation durable fait spécifiquement allusion à la durabilité. Or le concept de durabilité se concentre sur les aspects environnementaux de la consommation. Elle priorise donc la préservation des ressources. En France, le ministère identifie trois critères dans la définition de la consommation durable. Premièrement, il s’agit de « mieux acheter ».

Ce premier critère incite les consommateurs à privilégier les produits écologiques lors de leurs achats. Ensuite, le critère du « mieux consommer » appelle à lutter contre les gaspillages en ayant une consommation durable. Quant au troisième critère, « mieux jeter », il invite à faire l’option du  recyclage afin de produire moins de déchets.

En ce qui concerne la consommation responsable, elle va au-delà de la durabilité. En dehors des aspects environnementaux, elle se réfère en l’occurrence à la responsabilité du consommateur et à son engagement. Ainsi, l’impact de la consommation responsable s’étend à plusieurs domaines. On peut citer l’impact social, les impacts économiques, écologiques et environnementaux. Il y a aussi les effets de la consommation sur la qualité de la vie humaine, le bien-être sanitaire, etc.

Pour résumer, la consommation responsable signifie l’adoption d’une méthode de consommation qui garantit l’équité économique et sociale ainsi que le respect de l’environnement. En guise d’exemple de consommation responsable, on peut citer la consommation des produits bio.

Comment adopter une consommation responsable ?

L’urgence de la protection de l’environnement est de plus en plus affirmative. Elle vient s’ajouter à une préoccupation intrinsèque de la personne humaine : la préservation de la santé. De plus, certaines questions relevant des droits humains justifient la nécessité d’adopter une nouvelle dynamique. Dès lors, la consommation responsable va désormais de soi. Ainsi, les actions se multiplient dans ce sens avec des devises et des engagements aussi bien individuels que collectifs. En plus, les consommateurs responsables adoptent divers comportements qu’on peut classer par thématique :

Le côté économique de la consommation responsable

"<yoastmark

« Consommer uniquement si c’est nécessaire » est le premier slogan de la consommation responsable. En réalité, il s’agit d’une maxime propre à l’éco-consommation. Elle vise à promouvoir une consommation au strict minimum.  Le principe étant d’amorcer des résultats concrets à l’exemple du zéro gaspillage.

En dehors de cela, il s’agit également de se procurer des biens auprès des fournisseurs locaux. Par conséquent, les consommateurs responsables vérifient les identités des fournisseurs à leur achat. Ainsi donc, cette vérification leur permet d’acheter chez des producteurs locaux. Cela favorise l’économie locale.

Par ailleurs, l’éco-consommation touche également le marché financier. Dans ce domaine, on parle du label Investissement Socialement Responsable (ISR). Ce label offre la garantie qu’une entreprise financière fonctionne selon les règles de l’éco-consommation.

Le côté environnemental

La consommation responsable s’intéresse fortement à la protection de l’environnement. Pour s’assurer du respect de ce principe, le consommateur responsable vérifie désormais plusieurs détails. Dans ce cadre, les marques des labels environnementaux font l’objet d’une stricte vérification. Pour le consommateur responsable, il s’agit en premier lieu, de lire  l’étiquette d’un produit en prélude à son achat.

Cela permet de se renseigner sur les sources du produit afin de juger de son adéquation avec les exigences de la consommation responsable. L’une des manières certaines de s’en assurer est la marque des labels environnementaux.

Ces labels sont nombreux. Au nombre de ces labels, on peut donc citer : Écolabel européen, NF environnement, Marine Stewardship Council, Agriculture Biologique, etc. Ils sont sujets à des contrôles constants qu’effectuent des organismes de certification en la matière. De même, ils bénéficient de l’expertise de l’observatoire de la consommation responsable.

La protection des droits humains

La définition de la consommation responsable intègre les règles d’équité à la fois en matière d’économie mais aussi de protection des personnes. Dès lors, la responsabilité des consommateurs consiste à s’interroger sur les acteurs et les conditions de production des biens disponibles sur le marché. Si un fournisseur pratique le travail des enfants, alors ses produits ne peuvent pas être consommés.

De même, les entreprises qui pratiquent des commerces non équitables voient leurs produits ignorés par les consommateurs responsables. Ces cas concernent également les injustices relatives aux rémunérations des artisans et des producteurs.

Consommation responsable : Un entendement relatif !

De jour en jour, le nombre des consommateurs responsables va grandissant. Pourtant, c’est difficile d’affirmer que chaque aspect du concept fait l’unanimité. En effet, une étude de l’entreprise GreenFlex avec l’ADEME publiée sur le site du Centre Ressource du Développement Durable (CERDD) montre les chiffres de la consommation responsable. On retient qu’en 2017, 71.5% des français ont intégré la consommation responsable contre 60.5 % en 2016. Ce chiffre est encore aujourd’hui en pleine croissance.

Pourtant, dans la pratique, chacun y va de son entendement. Par exemple, certains veulent bien consommer local mais ils estiment qu’il n’y a pas de qualité pour certains produits locaux. Il ne s’agit donc simplement que d’une définition  individuelle de la chose. Cela dit, chaque consommateur est partisan d’un aspect du concept même si quelques rares personnes l’épousent entièrement.

Aussi, certains principes de la consommation responsable se contredisent. Les fraises françaises illustrent parfaitement cette affirmation. Elles ont un impact carbone plus élevé par rapport aux fraises espagnoles. Alors faut-il dans ce cas consommer locale ou privilégier l’environnement ?

Cela amène à déterminer un point essentiel pour la consommation responsable. On résume ce point à la prise de conscience des impacts de la consommation  sur tous les aspects de la vie. Il faut aussi agir en conséquence de manière responsable.

Comment résumer concrètement la consommation responsable ?

Consommation responsable - Elle se résume à l'éco-consommation, la responsabilité écologique et le bien-être sanitaire

Consommation responsable – Elle se résume à l’éco-consommation, la responsabilité écologique et une alimentation saine

Du fait de la tendance protéiforme de ce concept par essence, la diversité des points de vue n’étonne pas. Cela n’empêche pas tout de même de faire une liste des principes de la consommation responsable. On retient pour ce faire, qu’un consommateur responsable doit se retrouver dans le respect de l’un ou l’autre de ces principes :

L’adoption d’une consommation écologique

Cet aspect regroupe des modes de consommation favorables à la protection de l’environnement. En prenant désormais conscience de l’impact de tout ce qui se consomme, les choix s’orienteront alors sur des produits favorables à l’environnement. Le consommateur responsable doit ainsi adopter les produits respectueux de la biodiversité, c’est-à-dire ceux qui offrent un faible bilan carbone, etc. Les produits qui préservent la qualité de l’écosystème s’ajoutent à cette catégorie tout comme ceux qui ne sont pas issus de la déforestation.

Les produits en adéquation avec les normes sociales

Ces types de produits sont ceux qui valorisent la personne humaine. Donc les productions qui se déroulent dans des bonnes conditions de travail sans le travail des enfants. La justice dans les rémunérations de même que la coopération avec les communautés locales sont aussi de mises.

Une consommation saine

Un mode de consommation responsable optera pour des produits qui respectent les normes sanitaires. Cela induit une absence d’intrants chimiques et des ingrédients d’une réputation dangereuse. Pour finir, elle appelle aussi au choix des produits qui ont un impact économique positif.